Formation à la conduite moto

Depuis le 1er janvier 2011, tous les titulaires du permis B qui souhaitent conduire un deux-roues motorisé de 50 à 125 cm3 (L3e) ou un tricycle à moteur de plus de 50cm3, quelles que soient leurs puissances, ont l’obligation de suivre une formation de 7 heures.

Si vous l’avez obtenu après le 1er mai 2011, vous pouvez, deux ans plus tard, conduire une moto ou un scooter de 125 cc maximum, limité à 11 kW/15 ch, avec un rapport puissance/poids de maximum 0,1 kW/kg, à condition d’avoir suivi quatre heures de formation en auto-école. L’épreuve technique, dite « Plateau », est également modifiée puisque le parcours se fait maintenant en une seule fois. Le fait de pouvoir conduire sans permis peut être une solution économique. Cela se fait en petits groupes de 5 personnes au maximum. Il s’adresse aux personnes souhaitant rouler avec une grosse cylindrée.

Dernier conseil avant de vous lancer dans l’aventure : le plus dur pour le permis moto, c’est de commencer. Depuis 2013, tous les permis motos : A2 (400 et 600 cm³) et A (toutes cylindrées) possèdent une catégorie automatique. Vous pouvez conduire sur la voie publique une moto (ou un scooter) de n’importe quelles puissance et cylindrée. La fédération européenne des associations de motocyclistes (FEMA) oeuvre depuis plusieurs années dans le but d’abaisser la cylindrée des motos utilisées dans les moto-écoles, et par ricochet réduire leur poids qui peut poser problème à certain(e)s. Rappelons que si l’on n’a pas deux ans de permis B et que l’on n’est pas en possession d’un permis A ou A1, on ne peut disposer que du permis AM (ou BSR) et conduire uniquement un deux ou trois roues dont la cylindrée ne dépasse pas 50 cm3 ou encore un quadricycle motorisé dont la vitesse maximale n’excède pas 45 km/h.